Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le complément des Carnets de Campagne diffusés sur France Inter sans impératif de temps ni d'espace et ouvert aux commentaires et contributions extérieures

30 Dec

Carnets d'Auvergne

Publié par Philippe BERTRAND  - Catégories :  #Carnets d'Auvergne

Au centre de la région, Clermont-Ferrand et le Puy de Dôme. Avant de tomber dans le cliché, (mais quelle photo), des volcans et du bibendum pneumatique, un mot sur cette région qui fait figure de vaste réserve naturelle, flanquée de ses reliefs et son massif central vieux comme le monde. Ici tout tourne autour principalement de Clermont-Ferrand dont l’aire urbaine absorbe le tiers de la population auvergnate sans que tout ne se résume évidemment qu’à cette agglomération. Economiquement l’Auvergne demeure sensiblement industrielle, du pneu, donc, à l’eau minérale en passant par le grand semencier. Je cite Limagrain dont je ne sais si son maïs transgénique est toujours mis à l’étude. Je vous rassure, je ne vais pas m’éterniser sur le sort privilégié de celui qui est le quatrième plus grand semencier mondial. Evitez de nous polluer, c’est tout ce qu’on vous demande, même si vous affichez de belles intentions de sélectionner vos produits en faveur du développement durable. Parfois le développement durable fait office de gros tiroir à langue de bois. Justement l’agriculture est une activité bien implantée en Auvergne et concerne une proportion d’actifs supérieure à la moyenne nationale en matière d’emplois agricoles. Enfin le tourisme associé à ce magnifique décor et aussi à son thermalisme, fait de la région un bon acteur de l’économie de loisr.

 

auvergne.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La région s'est fabriquée une étonnante image sous le nom de :Auwwwergne. 3 W. L’Auwwwergne c’est d’abord une idée de communication plutôt originale. 3 W. le tout numérique en Auvergne, en Auwwwergne. L’idée est devenue brillante grâce à un coup de pub inédit et surtout inespéré. En effet le principe était de créer une parodie des pseudo-téléréalités Ile de la tentation et autre Koh Lanta. Ainsi la région a-t-elle imaginé mettre en ligne une première vidéo baptisée l’Auwwwergne de la tentation. Apparemment les monopoles de la production outre Atlantique ont des avions renifleurs qui survolent les volcans (peut-être en hommage à Malcom Lowry) puisque le message parodique est arrivé aux oreilles de la Fox. Le renard a de grandes oreilles, c’est bien connu. Pour la queue, je vous laisse juges. Quoiqu’il en soit, Maître Renard par le bénéfice d’une plainte alléchée, s’en alla requérir la justice qui fort heureusement autorise en France l’usage du camembert et de la parodie sans que cette dernière ne porte préjudice à l’œuvre originale. Et quand je parle d’œuvre, je pense plus à une ouverture de déjeuner style œuf en gelée dans sa barquette plastique qu’à un chef d’œuvre. Ainsi donc, par une plainte, plutôt une complainte en écho à un clin d’œil auvergnat, le site d’Auwwwergne est devenu le nec plus ultra de la com. Tout est dérisoire et en même temps drôle dans les sujets puisque l’Auwwwergne de la tentation a produit des épisodes sur le même mode que les hors-d’oeuvre sus-cités.  Le blog de l’Auwwwergne vous donne des nouwwwelles fraîches de la région et vous informe de la wie du réseau. L’adresse est http://auwwwergne.com. Vous pouvez également découvrir l'enwwwers du décor de la région. Absolument renwwwersant.

 

 

 

                                          Télégrammes

 

 

Le Puy de Dôme

 

 

Quelle surprise de découvrir dans un courrier, celui de Tiphaine, merci Tiphaine, l’existence de la Baie des Singes. Surprise car nous sommes bien dans le Puy de Dôme et non dans ce bout du bout du monde de Marseille, aux Goudes et face à cette baie des singes que chaque marseillais vient contempler le dimanche. Et on les comprend quand on a goûté à cette vue sur le large. Or donc il en existe une autre, de baie des singes, à Cournon d’Auvergne. Celle de Cournon est une belle salle de spectacle pluridisciplinaire fondée par Chraz (salut Chraz) en 1997. On retrouve la patte de l’humoriste dans le nom de l’association qui gère cette salle : l’Apire (Association Pour l’Isolement de tous ceux qui se sont Regroupés par Erreur !!!). La revue Chorus et le magazine Jazzman ne s’y sont pas trompés en classant cette salle parmi les 50 meilleures salles chansons françaises, dixit chorus,  et idem pour le jazz avec Jazzman (on est peut-être un peu de Marseille tout de même à Cournon !!). Outre les spectacles organisés sur place, la Baie des Singes participe à une foultitude de festivals et d’événements extérieurs (Jazz Auvergne festival, festival On connaît la chanson, Europavox, les Automnales). La salle accueille les Bars des sciences avec  la société Française de physique et la maison de l’innovation du puy de Dôme ou encore le festival jeune public du département. De toute évidence on ne manque pas d’idée là-Bas. En revanche on ne précise pas si les soirées de concerts à la baie des singes sont sécurisées par des gorilles… Le site : www.baiedessinges.com

 

 

 

 

La scène culturelle clermontoise est une des plus actives de France. La région Auvergne est en tête de certaines activités musicales avec, ici, 800 groupes répertoriés. Clermont serait donc la capitale actuelle du rock français. Seul bémol (salut les musiciens), il n’y avait aucun label implanté sur l’aire clermontoise. C’est maintenant chose faite avec Kütufolk. 4 formations ont signé chez ce label qui envisage de faire carrière nationale, voire internationale (et alors, on va se gêner ?) Pour le lancement de ce Kütufolk, le créateur, Alexandre Rochon, a bénéficié d’une résidence d’entrepreneurs avec le soutien du Transfo (nom du réseau régional des activités artistiques).  Kütufolk laisse entendre des musiques bien ficelées, il y a du Lou Reed dans l’esprit et des voix qui sonnent étrangement bien.  http://kutufolk.com

 

the-delano-Orchestra-alain-g.jpg

 

 

 

Etienne nous écrit de Guadeloupe pour nous faire partager une expérience qu’il a vécue à Clermont-Ferrand. Pendant plusieurs mois, Etienne a en effet travaillé à la Centrale Humanitaire Médico-Pharmaceutique (CHMP) installée dans la capitale auvergnate. Située à côté du siège de ‘Pharmacien sans frontières’, « cette ONG est  une des seules en Europe  à collecter, contrôler, expédier des médicaments certifiés, des sérums, des vaccins et tests médicaux vers toutes les organisations mondiales possible», explique notre correspondant. La CHMP est une centrale d’achat humanitaire constituée en 1992 qui développait dès l’année suivante des antennes extérieures telle la CHMP Kenya. 800 associations humanitaires adhèrent à cette centrale qui compte déjà 350 fournisseurs à travers le monde. Ses devises sont d’organiser l’approvisionnement au moindre coût tout en veillant à la qualité des produits. Ceux-ci sont pharmaceutiques mais aussi médicaux et chirurgical. La centrale se porte garante du bon acheminement des produits et du matériel et s’assure de leur bonne utilisation. La CHMP de Clermont-Ferrand possède 2000 m2 d’entrepôt sous douane. Elle emploie 27 salariés, assure plus de 2000 livraisons par à destinations de 110 pays. Pour exemple du rayonnement de cette organisation, l’antenne ne Nairobi au Kenya emploie à elle seule 21 personnes à temps plein. Contact : www.chmp.org

 

 

Le Cantal

 

 

Je n’aime pas m’appesantir sur un cadre de vie au risque d’oublier les hommes qui l’animent, mais il est vrai que le spectacle est fascinant. Toutefois la qualité de l’environnement masque souvent des carences, carence de population (si le cadre naturel est respecté, c’est qu’il est peu fréquenté et s’il est peu fréquenté, c’est que les voies de communication et de circulation y sont peu nombreuses). Et des carences économiques. Donc le Cantal a beaucoup conservé de sa fraîcheur naturelle et originelle, mais il craint pour sa survie économique. Mis à part les principales villes dont la capitale départementale d’Aurillac, le Cantal est fortement rural avec une densité de 26 habitants au kilomètre carré soit à peine 150 000 habitants résidant sur ce territoire. Les sous-préfectures sont attachées à Mauriac et à Saint-Flour. La géographie de cet espace est très frappante vue de très haut. Les photos satellites font apparaître l'immense cône du massif du Cantal qui correspond au plus vaste volcan d’Europe avec ses 70 kilomètres de diamètre. Selon les hypothèses scientifiques, ce volcan a dû atteindre 3500 ou 4000 mètres de haut. Je vous conseille vivement d’aller vous projeter dans ce décor en visitant le site du Puy Mary, www.puymary.fr. Reste donc que l’économie cantalienne se résume pour ainsi dire à l’agriculture (ses fromages avec 5 AOC et son élevage de Salers et d’Aubrac) et à l’artisanat. 6000 exploitations agricoles et près de 3000 entreprises artisanales. Comme tous les lieux naturellement conservés, le département mise beaucoup sur les services du tourisme et sur les réseaux artistiques et culturels.

 

Webtélé

 

C’est sous l’égide de la Fédération des Associations Laïques du Cantal qu’a été créée en 2008 Couleur Cantal, une webtélé de proximité. Gérée par une micro-structure de 3 salariés dont Paul Dufour, son responsable, Couleur Cantal réalise une moyenne de 3 reportages par semaine. La volonté première de cette petite structure associative plutôt performante est de mettre en lien des populations très dispersées sur ce large territoire et surtout elle cherche, à l’image des carnets, à mettre en valeur les dispositions locales constructives. Couleur Cantal défend une dimension citoyenne dans ses interventions en donnant des informations pratiques et en travaillant de concert avec les collectivités territoriales. Elle a signé pour ce faire des conventions de coproduction de programmes avec le département, la communauté d’agglomération du bassin d’Aurillac et la CCI. http://couleurcantal.tv

 

 

 

Trop bling bling?

 

fond_indexbis.jpg

 

Parmi les nombreuses invitation à prendre du recul, il en est une à part parce que plus prestigieuse, mais très emblématique des séjours potentiels sur le territoire cantalien. L’initiative tient à un couple de professionnels du tourisme originaires de Haute-Savoie et tombés littéralement amoureux d’un espace somptueux sur les berges du lac du Pêcher à Chavagnac. Laurence et Daniel ont ouvert au début du printemps dernier un éco-loge soit une immense bâtisse totalement réhabilitée avec spa, hébergement de haute qualité, ainsi qu’ un espace d’exposition d’art, une table qui vante la viande de salers ou la lentille de Saint-Flour et surtout une vue qui tient des plus beaux paysages scandinaves. C’en est presque déroutant. Le lieu a été baptisé « Instants d’absolu ». www.ecolodge-france.com.

 

 

L'antidote au bling bling

 

L’histoire de François engagé dans des actions de grande envergure avec les populations du Haut-Atlas marocain n’est pas banale. François est bloqué en plein hiver, il y a quatre ans de cela, par les neiges qui barrent les chemins de cette région magnifique mais désolée du sud marocain. Il est accueilli par des villageois de Timkkit et de Tidoua. Des liens se nouent et à son retour, François interpelle un réseau associatif cantalien soutenu par le secours populaire. Un partenariat  va être officialisé entre ce réseau et les associations des deux villages. Seulement, dans cet espace si reculé du Maroc, les conditions de vie sont lamentables : pas d’école (l’analphabétisme des adultes est proche des 100%), pas d’eau courante, pas d’électricité, un niveau moyen de 0,4 euros par habitant et par jour, pas d’accès au soin, une mortalité infantile de 20% et enfin une marginalisation complète par la société marocaine. Grâce à l’action Haut-Atlas, les enfants sont scolarisés depuis 3 ans, des travaux pour développer l’accès à l’eau ont été engagés et les dons de vivres assurent des hivers moins pénibles. De nombreux dossiers sont en gestation telle la construction de routes carrossables et un programme de diversification de l’économie locale. La démarche est courageuse et mérite d’être saluée et soutenue : http://action-haut-atlas.over-blog.net

 

 

 

Zikmu

 

Je souhaiterais témoigner des activités de deux individus soupçonnés d’agiter les campagnes. Mais que fait la police ? Le premier empêcheur de danser en rond est Jean-Paul Amouroux directeur artistique d’un festival qui transforme depuis 12 ans chaque début août le village de Laroquebrou en en capitale de la Nouvelle Orléans. Parades musicales dans les rues, mais surtout une foison de concerts avec les illustres interprètes de… boogie Woogie. Un festival international qui se proclame être le plus grand du monde dans la discipline et qui programme chaque début août une soixantaine de musiciens sur les scènes de Laroquebrou. www.boogie-laroquebrou.com

L’autre personnage suspect est un disquaire en voie de disparition, comme le stipule son blog, à Aurillac. La voix du laser donne dans la chronique musicale locale bien intéressante et dans les confidences d’un disquaire doublé d’un peintre. Sylvain Leheu, c’est lui, expose, forme dans des ateliers et édite depuis 2003 dans ses éditions « le Volcan et la Plume ». le blog de cet agitateur , http://lavoixdulaser.canalblog.com, donne un lien avec les éditions.

 

 

L'enwwwers du décor

 

Pour une fois, ce n’est pas le vilain canard (enchaîné bien sûr) qui a lancé le premier pavé mais le Monde qui en 2007, narrait l’étrange aventure d’une petite commune du Cantal dont la grande histoire est d’avoir participé au développement de l’industrie nucléaire française. Saint-Pierre du Cantal possède une mine d’uranium exploitée à partir de 1958 et a été le siège d’une mine d’extraction de 1976 à 1985. Lorsque le dernier groupe de production cesse ses activités, le terrain est rétrocédé à la commune avec environ 530 000 tonnes de déchets radioactifs enfouis par Areva dans le sous sol cantalien. La commune a aménagé sur ce site à nouveau végétalisé un terrain de football, un camping et un lac de 8 hectares. Le seul défaut est que les études de la Criirad (la commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité) a mesuré des taux de 100 à 700 fois plus radioactifs que la moyenne naturelle des sols de la région. Deux associations locales se sont créées et en 2005 la préfecture, jusqu’alors très réservée sur les dangers potentiels du site, s’est engagée à émettre un avis défavorable à la baignade et à la pêche dans le lac. France 3 a réalisé des enquêtes sur le terrain avec l’intervention du maire qui ne note aucun souci sanitaire sur sa commune, alors qu’un carottage de 10 mètres en sous-sol laisse apparaître du yellow cake, cette pâte jaunâtre truffée d’uranium. Un site donne à voir reportage, coordonnées des associations et ouvre sur un forum où quelques noms d’oiseau sont échangés. http://cantal.forumactif.com/reportages-tv-f44/fr3-dechets-radioactifs-a-saint-pierre-du-cantal-t1519.htm.

 

 

Il n'y a pas que Vulcania dans la vie

 

Voilà au moins un parc original. IO ( i.o.), personnage de la mythologie grecque, cette jeune femme fut transformée en une petite vache blanche par Zeus qui la poursuivait de ses ardeurs. Nous sommes sur la commune de la Valette dans le nord du Cantal près de Riom et ce scénoparc de 35 hectares est consacré à la célébrissime Salers, la belle vache au pelage acajou. Il raconte la relation historique entre l’homme et les animaux depuis les chasseurs du paléolithique jusqu’aux éleveurs des braves bêtes aujourd’hui. Bien entendu avant la bonne vache, des étapes ludiques et pédagogiques vous feront croiser aurochs, buffles et autres bœufs musqués. De quoi vous préparer à un bon steack pour le déjeuner. Je plaisante car le lieu apparaît suffisamment bien fait pour s’y intéresser avec des yourtes qui abritent des scénovisions, montages musiques et films qui retracent les différentes ruptures de la relation homme-animal depuis la préhistoire.  L’ensemble est intelligent et installé dans un splendide décor à 1000 mètres d’altitude. Le site vous mettra l’eau à la bouche : www.scenoparc-io.com060206268.jpg_300x235.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme on ne rit pas assez souvent à mon goût, encore faut-il en avoir l’envie et une bonne raison, je vous soumets cette belle petite information rapportée par nos confrères du journal La Montagne. Il est question d’un jumelage historique entre un village d’Auvergne situé dans le Cantal et une localité italienne en plein coeur des Dolomites. A priori les deux communes se sont trouvées de nombreux points communs outre leur décor de vallée et de massif avec des économies parallèles reposant sur l’élevage, le tourisme vert et l’exploitation du bois. Or donc, une délégation cantalienne s’est rendue  dans le département du Trento afin de fixer les modalités définitives du mariage qui a été prononcé en avril 2010. Le scoop tient en particulier aux noms des deux communes, puisque la cantalienne s’appelle Carlat et l’italienne Bruni. C’est ridicule à souhait, je suis d’accord avec vous, mais tous les prétextes sont bons pour s’unir, parfois…

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

À propos

Le complément des Carnets de Campagne diffusés sur France Inter sans impératif de temps ni d'espace et ouvert aux commentaires et contributions extérieures