Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le complément des Carnets de Campagne diffusés sur France Inter sans impératif de temps ni d'espace et ouvert aux commentaires et contributions extérieures

07 Nov

Un coup de gueule pour du.... vent.

Publié par Philippe BERTRAND  - Catégories :  #coup de gueule

Le Grenelle de l'environnement aura laissé planer beaucoup d'espoirs.  Il était juste et même nécessaire:


Pour une nouvelle agriculture raisonnée, on l'a déjà spécifié dans un précédent article, car la propagation d'une production intensive a atteint ses limites et a présenté ses écueils: quotas de production, alignement sur le marché européen et tarification sur le même principe, greniers en limite de rupture et puis la machine s'enraye parce que dans la transversalité des échanges et des besoins, alias mondialisation, certains pays soumis à des systèmes fragiles et souvent pauvres, ne parviennent plus à honorer leurs commandes ou sont touchés par des bouleversements climatiques et politiques.

Pour un développement des normes environnementales appliquées à un des plus gros dévoreurs d'énergie: l'habitat. Il en existe deux d'ailleurs de gouffres, les transports et le logement. Or c'est le second qui consomme et gaspille plus que le premier!  Une des perspectives du Grenelle était de développer de nouvelles filières, ou en tout cas de les favoriser,  en soutenant des savoirs liés aux matériaux respectueux de l'environnement. Cela implique une formation gigantesque des métiers du bâtiment, une charte de normes HQE ( Haute qualité environnementale) et une incitation via des avantages fiscaux à la rénovation,  à la réhabilitation et à la construction adaptées à ces normes.  Ce n'est pas du pouvoir du français moyen, entendons du porte-feuille médian, de se porter garant d'un lourd investissement de départ épongé sur dix ou vingt ans. Une raison claire à ce fait: rares sont les ménages en temps de crises et de baisse du pouvoir d'achat capables d'hypothéquer sur un avenir "durable". Il est pourtant annoncé que le secteur du bâtiment pourrait,en épousant ces principes, créé un potentiel de 100 000 emplois sur les  40 prochaines années. Malheureusement, à l'heure où nous parlons, le bâtiment subit un net recul d'investissement...

Pour un développement des énergies renouvelables. Jamais notre pays s'est autant investi, même avec un énorme retard sur certains voisins européens, sur un développement des énergies photovoltaïques, géothermiques et éoliennes. J'évince l'hydraulique parce qu'il a été abandonné quarante ans plus tôt faute de pertinence et d'efficacité. Or une stratégie a prévalu dans cette projection au profit d'un développement de l'énergie éolienne. Le principe était simple: les préfectures étaient sommées de superviser sur leur région le potentiel d'accueil de ZDE ( Zone de développement éolien) en suivant des critères paysagers, patrimoniaux et climatiques. Une cartographie a été élaborée sur chaque région. Le Grenelle a spécifié une visée d'avenir en écho à ce que le voisin allemand avait mis au point plusieurs années auparavant. l'Allemagne a en effet dépassé le nombre de 20 000 éoliennes et s'est targué d'être un des pays membres pionniers en la matière. Economiquement, à l'échelle hexagonale, le calcul est  limité. Nous ne fabriquons pas d'éoliennes. En revanche nous sommes capables de les assembler. L'énergie produite est rachetée à pris d'or par EDF. Premier écueil. Ensuite, les candidats communaux à l'éolien se sont bousculés, non pour des raisons écologiquement soutenables, mais pour la taxe professionnelle agitée par les compagnies privées de gestion de l'éolien.  Second écueil à l'heure où la TPE va disparaître. Les propriétaires fonciers étaient indemnisés à hauteur (c'est le cas de le dire) du nombre de mâts installées sur leur terrain. Aucun texte ne stipule qui prend en charge le démantèlement dans le cas d'une interruption d'activité et d'exploitation. Autrement dit, à charge au propriétaire de se débrouiller avec la ferraille. Troisième écueil.  Ensuite il s'agit pour les communes candidates de prendre une option sur l'avenir de leur développement, soit elles envisagent un développement touristique vert raisonné (ce qui est le propre d'une majorité d'entre elles), soit elles s'engagent sur une installation audacieuse de mâts plus hauts que l'arc de triomphe au détriment de l'attractivité de leur paysage. Je suis désolé, mais mises à part quelques familles indigènes venant digérer le repas dominical avec les enfants au pied d'une éolienne dont l'extrémité des pales atteint 135 mètres de haut, je ne vois pas quel touriste en mal d'exotisme rural viendrait planter sa tente au pied de cette incongruité. Résultat, devant le bouclier levé par  certaines associations écologiques alarmées par le saupoudrage des éoliennes, des concentrations de ZDE ont été envisagées. Je ne peux me retenir de prendre à nouveau en exemple, cher lecteur, ma petite région du châtillonnais futur récipiendaire d'une magnifique horde de 80 éoliennes! Vous aurez le droit de me rétorquer que je fais partie de ces sombres pro-nucléaires avides de rendement au détriment de l'homme et de la nature. Hélas, pour vous, c'est tout le contraire. Enfin presque... L'éolien allemand est encore un bon exemple car, avec son cheptel de moulins, notre voisin a découvert que l'énergie produite en alternance par ces éoliennes,  nécessitait une production d'énergie complémentaire que seules les centrales thermiques pouvaient assurer. Seulement les thermiques sont les plus polluantes qui existent....
Le débat est d'ailleurs d'autant plus étonnant que le président de la République s'était inquiété de ce saupoudrage de l'éolien alors que les ZDE auraient moins juré et auraient été plus facilement gérables, selon lui, en périphérie des zones industrielles!
Une communauté de communes du  Haut-Rhin, qui s'était portée candidate à l'installation de cinq éoliennes sur son territoire, a émis le souhait de racheter l'énergie produite afin d'en faire profiter directement ses habitants. La réponse n'a pas tardé: en juillet, la préfecture donnait un accord de construction et en septembre rejetait le projet de défrichement en préparation du chantier  de construction! Enfin les compagnies privées garantes de ce développement organise un véritable lobbying auprès des communes intéressées et les débats publics sont réduits à leur plus simple expression lorsque même ils ne sont pas contournés.



 

Commenter cet article

Esther 11/11/2009 21:51



Pour compléter votre article, il existe également une fédération "Vent de Colère" dont les revendications et expressions citoyennes s'expriment comme suit :

« Bâti sur plusieurs contre vérités, l'éolien industriel n'a, en France, d'intérêt ni économique, ni énergétique, ni écologique, pas davantage social.
C'est pourquoi, compte tenu de ses multiples nuisances, nous nous opposons à tout éolien industriel, dont la seule raison d'être est l'enrichissement garanti des promoteurs, aux dépens des
consommateurs et des contribuables français et au détriment des économies d'énergie, de la recherche et du développement des autres énergies renouvelables ».

Un site internet regroupe des articles et des documents intéresants.

http://www.ventdecolere.org/



Philippe BERTRAND 11/11/2009 18:41


Merci Esther pour ce lien avec un autre projet d'implantation de ZDE sans " discernement" comme le stipule le journal.


Esther 11/11/2009 17:16






http://www.revue2presse.fr/une/l-independant



Archives

À propos

Le complément des Carnets de Campagne diffusés sur France Inter sans impératif de temps ni d'espace et ouvert aux commentaires et contributions extérieures