Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le complément des Carnets de Campagne diffusés sur France Inter sans impératif de temps ni d'espace et ouvert aux commentaires et contributions extérieures

25 Oct

Un rêve de transmission: l'outil en main

Publié par Philippe BERTRAND  - Catégories :  #économie

Transmission. Un maître mot. Tentez l'exercice vous-mêmes en l'associant aux grandes questions de société, celle des retraites en premier lieu. Donner à apprendre ce que l'on a mis une vie à construire.  "L'outil en main" est né à Troyes dans l'Aube en 1987 au sein d'un groupe de passionnés du patrimoine. Marie Pascale Ragueneau participe à cette époque à la sauvegarde du vieux Troyes et se rend compte que les jeunes sont les plus intéressés par les visites guidées et la découverte du patrimoine "et les jeunes davantage encore que les adolescents". Elle se confie à un Compagnon du Devoir et une première expérience d'ateliers est lancée. Aux Aspirants Compagnons se joignent rapidement des artisans retraités. Devant le succès de ces rendez-vous, d'autres ateliers ouvrent à Lille et encore à Troyes en 1994 et 1995. Viendront ensuite Chartres, Provins et Saint-Etienne. Devant l'expansion du principe, une union des associations "l'outil en main" est créée en respectant les trois fondements des ateliers: de vrais gens du métier, de vrais outils et de vrais ateliers. La multiplication des expériences a permis à 63 associations (2008) de voir le jour et de proposer à des enfants âgés de 9 à 14 ans une palette très complète des métiers manuels artisanaux. La mariage intergénérationnel est totalement réussi avec des enfants qui, pour certains placés en échec scolaire, retrouvent le sens des apprentissages, tandis que les retraités conservent un pied dans la vraie vie en transmettant aux jeunes les gestes de leur métier. Les formations ont lieu le mercredi après-midi ou le samedi en période scolaire et il est remis aux jeunes en fin de session annuelle un "certificat d'initiation aux matiers manuels et du patrimoine".

Ce réseau, qui a tout compris du partage et de la transmission, donne à entendre autrement les enjeux d'une réforme des retraites dans laquelle les jeunes et les vieux sont parfois placés dos à dos ou projetés sur un même terrain de concurrence. Pourtant que faut-il ajouter à la réalité de deux générations dont l'une brille par sa vitalité et son inexpérience et l'autre par un savoir fatigué par des années d'ouvrage et abandonné.? Dans une société où les intérêts personnels priment encore souvent sur les enjeux collectifs du vivre ensemble, 'L'outil en main" est la preuve que les jeunes et les séniors ne sont pas des objets de négociation d'un financement des retraites. D'autre part, souvent éloignés des réalités matérielles de la vie, les enfants mettent la main à la pâte. Le jeu virtuel  est débranché et il s'efface devant le plaisir du geste et du faire. Enfin, les travaux manuels longtemps boudés par un public de futurs diplômés font un retour retentissant dans l'organisation du travail. Ils correspondent à un besoin (la demande s'est accrue de nos jours) et ils se révèlent être toalement épanouissants auprès de jeunes qui avaient fait leur deuil d'une scolarité traditionnelle. A méditer.

 

 

http://www.loutilenmain.asso.fr

epanouir.jpg

 



 


Commenter cet article

Isabelle 10/04/2011 09:33



Le terme exact est "enligner"



Isabelle 10/04/2011 09:31



Avant toute chose, la liberté est "dans la tête"... Ensuite,comme disent nos frères et soeur québecois :"Il faut alligner les babines avec les bottines!"...



valerie 11/11/2010 23:20



Libre? Une ménagère précaire forcée...


Dans mon langage peut-être. IL faut bien touver la liberté quelque part...


Une librellule immigrée



valerie 10/11/2010 21:56



"pessimisMe"



valerie 10/11/2010 21:54



Très belle initiative!


A cette triste époque où il ne faudrait plus vieillir, où les objets sont éphèmères et de moins-en-moins solides, où l'on nous fait croire qu'il faudrait être bardé de diplômes ou uniquement
d'assurance pour réussir... ça fait plaisir.


J'ai toujours admiré le travail des artisans. Ne sont-ils pas aussi artistes quelquepart? Inventeurs, créateurs...


A l'heure de la rapidité, enseigner le plaisir du travail bien fait, ça n'a pas de prix.


Je n'écoute jamais la radio mais votre blog m'en donne l'envie.


Merci de ne pas  céder au pessimiste ambiant et de vous faire le passeur d'initiatives concrètes et positives et de montrer un regard valorisant sur nos campagnes.


librellule


 



Philippe BERTRAND 11/11/2010 19:49



Bien d'accord avec vous. (nevous entez pas obligée d'écouter la radio pour autant. Chacun est libre et vous l'êtes de toute évidence).



Archives

À propos

Le complément des Carnets de Campagne diffusés sur France Inter sans impératif de temps ni d'espace et ouvert aux commentaires et contributions extérieures